Cyclosport.com

Prochaines courses

Tour La Provence (2.1)

--> du 21/02 au 23/02

 

 Volta ao Alentejo (2.1)

--> du 22/02 au 26/02

 

Tour de Langkawi (2.HC)

--> du 23/02 au 01/03

 

Abu Dhabi Tour (WT)

--> du 23/02 au 26/02

 

Het Nieuwsblad (WT)

--> le 25/02

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

Tour La Provence : une étape propice aux baroudeurs ?

Difficile de prédire un scénario type concernant cette seconde étape du Tour La Provence, et au vu du profil, et du faible plateau de sprinters présents sur la course, on pourrait donc finalement imaginer qu'une échappée prenne le large et se dispute la victoire dans les rues de La Ciotat, surtout si les grosse écuries sont toutes représentés à l'avant, on voit mal qui aura la force et l'envie de rouler au sein du peloton.

 

Les favoris :

 

*** : J.Hivert, A.Geniez

** : T.Voeckler, D.Caruso, F.Gavazzi

* : M.Bouet, N.Edet, M.Finetto, D.Rebellin

 

Suivre et commenter la course : forum VCN

 

Le profil :

Tour de Langkawi : la présentation détaillée

Le Tour de Langkawi
2.HC
Du 22/02 au 01/03

 


Une des plus grandes courses du calendrier Asia Tour, rendez-vous traditionnel du début de saison, voilà ce qu’est le tour de Langkawi ! Cette année une baisse de budget a nécessité de réduire un peu la voilure par rapport aux équipes invitées. Le parcours est également plus concentré.
La course doit son nom à un archipel de 99 îles qui se trouve au Nord Ouest de la Malaisie.

La course ne visite pas du tout l'archipel (!) mais se déroule sur la partie continentale de la Malaisie sur la péninsule au sud de la Thaïlande. En réalité si la course s'appelle ainsi c'est parce qu'au départ la course partait de ses îles et que c'est une région très touristique (peut-être la plus touristique de Malaise).

Lire la suite : Tour de Langkawi : la présentation détaillée

35° Volta ao Alentejo : la présentation détaillée

35° Volta ao Alentejo
(Europe Tour 2.1)

 


Encore une promotion pour une épreuve portugaise : comme son voisin d'Algarve, le Tour d'Alentejo grimpe d'un cran dans la hiérarchie UCI et retrouve cette année la catégorie 2.1., pour la première fois depuis 2009 (victoire de Maxime Bouet). Il gagne ainsi la possibilité d'accueillir des équipes World Tour, mais seule l'équipe Movistar représentera finalement la catégorie reine.

Le plateau sera d'ailleurs assez limité puisque même les Pro continental se feront rares : cinq seulement, le reste de la startlist regroupant les inévitables Continental locales et une bonne collection d'étrangères. L'épreuve a avancé sa date d'un mois et aurait pu offrir un bon enchaînement avec le Tour d'Algarve ; ce changement n'aura donc eu qu'un effet limité, au grand regret de l'organisateur Podium Events qui est aussi celui du Tour du Portugal.

La particularité du Tour d'Alentejo est d'avoir eu 34 vainqueurs différents en 34 éditions … une belle occaion pour Carlos Barbero, seul vainqueur passé à participer à l'édition 2017, de rentrer dans l'histoire ! On reverra aussi avec curiosité notre presque compatriote Adrien Costa, aucun français ni belge n'étant par ailleurs au départ.

Les trois derniers podiums :

Lire la suite : 35° Volta ao Alentejo : la présentation détaillée

Tour La Provence : J.Jules "Le travail effectué cet hiver paie"

Vainqueur hier de la première étape du Tour La Provence, Justin Jules a ouvert le compteur de la formation WB-Veranclassic - Aqua Protect, et a remporté par la même occasion son premier succès depuis le Grand Prix Saint-Nicolas, disputé en juillet dernier. Après l'arrivée, le français est revenu sur sa performance.

 

Justin Jules : "L'étape a été vite mise sur orbite par l'ascension du Col de l'Espigoulier. On ne sait jamais comment on va réagir dans une montée aussi hâtive. Pour ma part, j'ai senti que la forme était là car j'ai pu basculer dans le premier peloton. Ensuite, on a vécu une course avec plusieurs cassures et une échappée, mais tout s'est finalement regroupé et la dernière heure a été très contrôlée. Le circuit final présentait beaucoup de virages et de relances, il fallait donc être à l'avant et ne pas se laisser piéger. J'ai été très bien emmené par Sébastien Delfosse et par Antoine Warnier. J'ai viré en 3e ou 4e position dans le dernier virage à 150 mètres de la ligne et j'ai lancé mon sprint en remontant les coureurs qui étaient devant moi, en passant le long des barrières. J'apprécie ce genre de 'final' qui ressemble très fort à celui du GP Stad Sint-Niklaas où je m'étais imposé en juillet dernier. Cette victoire me met en confiance ainsi que toute l'équipe. Je sens que le travail effectué cet hiver paie."