Interview : Nicolas Portal "Respecter la présomption d'innocence"

Interview : Nicolas Portal "Respecter la présomption d'innocence"

Entre deux courses, et de retour de Colombie où il a dirigé l'équipe Sky, Nicolas Portal a accepté pour Velo-Club.net de faire le point sur la situation de Chris Froome, suite à la procédure visant le dernier vainqueur du Tour de France, qui avait subit un contrôle anormal lors de la dernière Vuelta (présence trop élevée de Salbutamol).

 

Bonjour Nicolas, un mot tout d'abord sur la Colombia Oro y Paz, as-tu été surpris par le niveau affiché par Egan Bernal ? Est-ce que le titre du chrono et la victoire rehaussent ses objectifs en vue de 2018 ?

C’est vrai que le chrono et le général n’étaient pas des objectifs pour lui. L’idée, c’était qu’il soit numéro 2 au sein de la hiérarchie de l’équipe en début de saison, ceci afin qu’il puisse évoluer sans pression, mais aussi qu’il puisse apprendre à connaître ses co-équipiers. Sur la Colombia Oro y Paz, il était donc numéro 2 derrière Sergio Henao, avec un bon de sortie si tactiquement, ça s’avérait nécessaire, et c’est ce qui s’est passé le dernier jour. On avait Sergio et Egan bien placés au général, et pour tenter de détrôner Quintana, on a mis en place une stratégie de course un peu différente, avec de bons grimpeurs dans l’échappée afin d’épauler nos leaders dans le final, et ça nous a plutôt réussi, puisque Tao (Geoghegan Hart) et Sebastien (Henao) ont pu servir de support à Egan Bernal lorsqu’il a attaqué dans la partie la plus dure de la montée, que nous avions reconnu le matin.

Pour revenir sur le chrono, on a supporté nos 3 coureurs colombiens lors de leur championnat national, et c’était vraiment un contre-la-montre tout plat, ce qui n’était pas forcément un avantage pour eux. Ceci dit pour engranger de l’expérience, on voulait qu’Egan le fasse à 100 %, et même si on sentait qu’il ne serait pas loin de la gagne, on a été un peu surpris, car il y avait quand même de bons coureurs au départ, notamment Daniel Martinez qui termine derrière lui. Pour un premier succès sur un chrono, un titre national, c’était vraiment bien et tout le monde était très content.

Pour revenir au sujet qui préoccupe le monde du vélo, on sait que tu es proche de Chris Froome, comment as-tu vécu personnellement ces deux derniers mois ?

Difficile, c’était compliqué, mais bon ça l’est beaucoup moins pour moi que pour lui. Il faut le supporter, l’équipe a fait du bon boulot, et j’espère que tout se finira bien pour lui.

Quel est ton regard, ton opinion sur le fond de l’affaire ?

J’ai déjà donné pas mal de fois mon avis, mais pour moi il y a des règles, et pour l’instant on respecte celles-ci. On a lu beaucoup de choses, il y a eu beaucoup de choses d’écrites, et la plupart d’entre elles ont été surévaluées. La majorité des gens ne comprennent pas le dossier, qui est très complexe. Cela ne devait également pas sortir dans la presse le temps de la procédure, pour que le coureur ait un procès équitable. Ce n’est pas du dopage comme cela a été formulé, il n’y a pas un produit interdit qui a été retrouvé. Le Salbutamol est un produit autorisé, c’est juste qu’il y a une moyenne, et que Chris a dépassé celle-ci sur une journée.

N’aurait-il pas fallu jouer la carte de la transparence et révéler le contrôle ?

Cela ne peut pas être transparent, ça ne l’est qu’à partir du moment où l’UCI indique, "désolé monsieur Chris Froome, on n’est pas satisfait des réponses que vous nous avez données", et donc cela devient public. C’est la règle de l’UCI en fait, le produit qu’il a pris n’est pas un produit interdit, mais un produit (le salbutamol) acceptable sous certaines limites, et cette limite a été évaluée il y a longtemps déjà, et comme pour le taux d’hématocrite, qui était fixé à 50, on s’est aperçu que finalement au fil des années, beaucoup d’athlètes présentaient naturellement un taux supérieur au maximum autorisé. Mais pendant ce temps-là, beaucoup d’entre eux ont été pris, alors qu’ils n’avaient jamais eu recours à l’EPO, fait de transfusion sanguines, ou aucune autre connerie. Pour revenir à notre cas, quand il s’agit d’un produit autorisé avec une limite, l’UCI sait que celle-ci peut varier, et laisse par conséquent une chance à l’athlète de s’expliquer sans que cela soit rendu public. Et c’est seulement dans le cas où les explications reçues ne sont pas jugées valides que le cas est révélé publiquement, ceci afin de respecter la présomption d’innocence.

Est-on conscient chez Sky, que le fait de ne pas suspendre Froome provisoirement participe à donner une image terrible du cyclisme ?

La c’est pareil, il ne faut pas tout mélanger. Moi, déjà, je ne suis pas d’accord avec la question, puisque de mon point de vue, Chris est innocent, donc pourquoi suspendre quelqu’un qui serait innocent ? Le règlement de l’UCI indique que dans ce cas de figure, on est innocent jusqu’à la fin de la procédure, et que donc, le coureur en question peut courir, parce que je le répète, ce n’est pas un contrôle antidopage positif. Chris Froome a passé tous les contrôles pendant la Vuelta sans aucun problème, et il y a juste une étape, où la limite moyenne est dépassée, et l'UCI aimerait une explication, c’est tout, rien de plus.

Pour revenir à l’image, il est clair que beaucoup de personnes ne vont pas comprendre, mais ce qui est sûr pour nous, c’est que cette valeur moyenne aurait pu être fixée plus haute, et peut-être que les règles de l’UCI ne sont pas assez pointues sur le sujet. Quoiqu’il en soit, l’équipe croit en lui, et les règlements lui permettent de courir, donc on le laisse courir, et à la fin de la procédure on verra bien.

Pour finir sur une note plus légère, en tant que gars du Sud Ouest est-ce que tu as un œil sur le cyclisme occitan? Si oui, est ce que certains coureurs te tapent un peu dans l’œil ?

Oui j’essaie de suivre quand mon emploi du temps le permet. Il y a notamment Bruno Armirail, Pavel Sivakov que je suivais depuis les juniors et qui est désormais avec nous. C’est pas évident car je suis très souvent parti, et quand je suis pas en course on fait des stages, mais ouais, j’essaie toujours d’obtenir des infos auprès des présidents de clubs ou bien des entraîneurs que ce soit à Blagnac, en Haute-Garonne ou dans les Pyrénées-Atlantiques.

 

Propos recueillis par Mylène Terme (la rédaction de Velo-Club.net s'attache à retranscrire de la manière la plus fidèle les propos des personnes interviewées, et se désolidarise donc complètement d'une éventuelle transformation erronée, ou d'une reprise hors du contexte de l'interview visant simplement à faire le buzz)

Fil actus

transferts

SONDAGE

Qui sera sacré champion du monde à Innsbruck ?
Voir les résultats

Prochaines courses

Rejoignez-nous