Interview : Damiano Cunego "J'aimerais travailler pour la TV"

Interview : Damiano Cunego "J'aimerais travailler pour la TV"

A l'approche de ses derniers mois au sein du peloton, Damiano Cunego a accepté de se confier à Velo-Club.net. Pour nous, il est revenu sur sa carrière, la saison écoulée, mais aussi ses ambitions et ses envies concernant son après-carrière de coureur pro.

 

Bonjour Damiano, peux-tu tout d'abord nous dire comment se déroule ta préparation hivernale ?

Ma préparation hivernale se passe bien. J'alterne entre la salle de gym et les sorties vélo, comme c'est le cas tous les ans, même si cette fois-ci sera la dernière.

Tu as dit récemment que tu souhaitais justement finir ta carrière sur le Giro. Es-tu confiant quant aux chances de participation de ton équipe ?

Oui, en effet, j'aimerais terminer ma carrière sur le Giro, et maintenant, l'équipe et moi, nous avons à attendre de découvrir les noms des 4 équipes invitées, ce qui arrivera probablement en janvier. Si je ne peux pas aller au Tour d'Italie, j'opterai pour le Tour du Japon qui sera ma dernière course.

Puisque l'on parle de la fin de carrière, que penses-tu de Rebellin, qui continue toujours, à plus de 45 ans ?

Davide est un grand professionnel, et peu de coureurs arrivent comme lui jusqu'à l'âge de 46 ans. Je le félicite pour ça à chaque fois que je le croise.

En revenant un peu en arrière sur ta saison, tu as remporté une étape lors du Tour de Qinghai Lake, ton 1er succès depuis 3 ans, quel sentiment cela t'a procuré ?

Gagner en Chine était vraiment génial, en plus, c'était l'étape reine, donc c'est un succès important pour moi, surtout que l'étape arrivait à 4120 mètres d'altitude. Le tout 3 ans après ma dernière victoire lors de la Semaine Coppi et Bartali. Je suis vraiment très heureux de ce succès. C'était et ce sera aussi probablement le dernier succès de ma carrière.

J'imagine que tu repenses souvent à ta carrière, et encore plus à l'approche de son terme, est-ce qu'il y a des moments, ou des performances, dont tu es particulièrement fier ?

Oui, je suis très fier de mes trois succès lors du Tour de Lombardie, de la victoire lors du Giro également, ainsi que d'autres succès. Quand j'y repense, les seuls vrai regrets, ce sont mes secondes places à Varèse en 2008 (ndlr lors de l'épreuve en ligne des championnats du monde), et à l'Alpe d'Huez lors du Tour de France.

Tu as remporté de nombreuses victoires durant ta carrière, mais le vélo c'est aussi autre chose, quels sont les souvenirs que tu garderas en tête ?

Je me souviens de beaucoup de personnes, de lieux où de situations qui se sont déroulées tout au long de ma longue carrière. Si je dois citer le coureur pour qui j'ai eu le plus de respect, c'est Leonardo Bertagnolli, même si il y a aussi eu d'autres gens forcément comme Giuseppe Martinelli ou encore Eddy Mazzoleni.

Que vas-tu faire après ta carrière, as-tu déjà des projets en tête ?

Je vais continuer à travailler avec la structure Nippo, notamment sur ce qui concerne le suivi des jeunes coureurs japonais, ceci dans l'optique des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. J'étudie également à l'université dans le but de devenir coach, et j'ai quelques autres idées pour le futur! J'aimerais travailler pour la TV notamment.

 

Propos recueillis par Mylène Terme

Fil actus

transferts

SONDAGE

Qui sera sacré champion du monde à Innsbruck ?
Voir les résultats

Prochaines courses

Rejoignez-nous