Chris Froome : vers un destin à la Armstrong ?

Chris Froome : vers un destin à la Armstrong ?

 Chris Froome : vers un destin à la Armstrong ?

 

C’est avec une stupeur générale que l’opinion publique a été informée des résultats d’un contrôle anti dopage concernant le cycliste britannique Chris Froome. L’Union cycliste internationale a fait savoir à travers une déclaration le 13 décembre 2017 que le quadruple gagnant du Tour de France avait dans le sang, une dose « anormale » de salbutamol. Chris Froome s’achemine-t-il alors vers un destin à la Armstrong ? Découvrez avec nous les contours de cette actualité sportive et si vous en avez le temps, n’hésitez pas à parier sur différents sites.

Une présence anormale de salbutamol

Froome a été invité à passer un contrôle anti dopage en tant que tête de classement général de la Vuelta. À l’issue du test, son échantillon urinaire révèle la présence d’une concentration de salbutamol de 200 ng/ml. Il s’agit là d’une concentration faisant le double du taux maximal généralement admis. Ayant été contrôlé près de 20 fois sur l’intégralité de la première Vuelta qu’il a inscrite à son palmarès, Chris Froome n’a été au-delà du seuil des 1000 ng/ml qu’une seule fois.

La défense de Froome

Pour se défendre, Froome confesse recourir à cette substance pour traiter son asthme. En effet, le leader de la Team Sky admet avoir utilisé un inhalateur comme à son habitude pour se soigner sans pour autant avoir dépassé le taux autorisé. « Sur les conseils du docteur, j’ai donc augmenté le dosage de salbutamol. Comme toujours, j’ai pris le plus grand soin à ne pas dépasser les proportions permises » s’explique-t-il.

Prenant la défense de son cycliste, Team Sky soulève des interrogations en nuançant les résultats du contrôle limité à la mesure du taux de concentration de la substance concernée dans l’urine. En effet, la formation noir/azur dans un communiqué déclare «... Il est prouvé que la métabolisation de cette substance par l’organisme est sujette à l’influence de nombreux facteurs variables comme le degré de déshydratation, la réaction avec d’autres médications ou l’absorption de certains aliments ».

Quelles suites à cet épisode ?

Pour l’heure, une enquête à l’encontre du cycliste a déjà été ouverte. En attente du verdict, le coureur peut continuer à se positionner pour les compétitions puisqu’il n’a été suspendu ni par les autorités de l’UCI, ni par sa formation.

Toutefois, cette nouvelle qui est tombée comme un coup de tonnerre dans l’univers du cyclisme laisse planer des interrogations sur l’incidence qu’elle peut avoir sur la carrière du cycliste britannique. Pour Lance Armstrong, déchu de ses sept titres glanés sur le Tour de France pour raison de dopage, « le mal est fait et son image (allusion à Froome) est ternie pour toujours », même s’il n’est pas suspendu.

Au cas où la suspicion de dopage serait confirmée, Chris Froome qui risque au meilleur des cas un simple avertissement peut écoper d’une suspension pouvant aller jusqu’à quatre ans lorsqu’on se réfère à la jurisprudence et perdre au passage sa dernière victoire sur la Vuelta.

Fil actus

transferts

SONDAGE

Qui sera sacré champion du monde à Innsbruck ?
Voir les résultats

Prochaines courses

Rejoignez-nous